L'Europe s'engage en Hauts-de-France



Recherche, équipement de pointe, accès aux soins autant de domaines de la santé soutenu par l’Europe et qui ont fait la différence pendant la crise sanitaire.

Un fort soutien européen aux questions de santé en Région, facilitant notamment la lutte contre les virus

En Hauts-de-France les investissements réalisés grâce aux fonds européens ont permis d’assurer la continuité des suivis médicaux tant physiquement (à travers les maisons de santé pluri professionnelles) que par le biais du numérique avec le recours aux téléconsultations.

Si les programmes européens en Hauts-de-France (aussi bien pour la période 2014-2020 que la précédente 2007-2013) ne présentent pas un axe santé explicite, le soutien s’effectue principalement sous 3 angles :

  1. la recherche pour trouver de nouvelles réponses à certaines maladies (diabète, cancer…) et de nouvelles méthodes de diagnostic et des équipements de pointe (Retrouver la liste des projets FEDER en suivant ce lien).

A titre d’illustration, ce sont pas moins de 32 projets soutenus par le FEDER à hauteur de 4 542 231 € (pour un coût total de 11 542 251 €, soit environ 40% de financement européen).

  1. le numérique pour consolider le suivi des patients entre les différents praticiens de santé (continuité des parcours de santé, plateforme de suivi des patients ayant été traité pour le COVID-19), améliorer la prise en charge (dématérialisation des compte-rendu d’intervention du SDIS de la Somme), le stockage et la sécurisation des données, la téléconsultation (PREDICE).

Ce sont 4 dossiers au titre de la programmation 2014-2020  qui se sont vus attribuer un total de 13 311 720 € de crédits FEDER (représentant plus de 54% du total des dépenses s’élevant à 24 468 119 €).

  1. l’accès aux services dont les services de santé dans le cadre de la lutte contre la désertification médicale.

Toutes ces réalisations sont rendues possibles en Hauts-de-France par le recours  particuliers à 2 fonds européens :

  • le FEDER pour les projets de recherche, l’usage du numérique en Hauts-de-France ainsi que pour les projets de services en milieu urbain (au titre des Investissements Territoriaux intégrés du programme opérationnel FEDER FSE IEJ pour la Picardie)
  • le FEADER pour l’accès aux soins en milieu rural qui se concrétise par le financement des maisons de santé pluri professionnelles au titre de la mesure dédiée aux services de proximité.

La santé au cœur des préoccupations de nombreux programmes européens.

Si le FEDER et le FEADER présentent une importance particulière en matière de santé, ils ne sont pas les seuls fonds et programmes européens à permettre d’améliorer de l’état de santé de la population régionale.

Il convient de mettre en avant ici les programmes INTERREG.

Ceux-ci participent grandement à cet objectif en suscitant les projets de coopération et ce sur les deux dernières générations des programmes. Ont par exemple été soutenus :

  • La coopération sanitaire dans les zones transfrontalières qui se concrétise par le rapatriement des malades vers l’hôpital le plus proche (belge ou français quel que soit la nationalité ou la provenance du patient), la possibilité de traiter les documents administratifs de part et d’autre de la frontière (prise en compte de la carte vitale française en Belgique).
  • La recherche en vue de mettre en place des solutions de maintien à domicile des personnes âgées
  • l’expérimentation de nouvelles approches pour le traitement de certaines pathologies (comme par exemple la lutte contre le diabète avec le projet Interreg des 2 Mers DWELL).

Les porteurs des Hauts-de-France peuvent solliciter 5 programmes Interreg différents, sachant que la Région assure le rôle d’autorité de gestion de 3 d’entre eux (apparaissant en gras et au titre desquels 442 projets ont été co financés pour un montant total de 992 millions d’euros) :

D’autres programmes européens interviennent également en matière de santé.

Horizon 2020 est le programme sectoriel dédié à la recherche et à l’innovation. A ce titre il soutient des projets collaboratifs de recherche et de développement ainsi que des chercheurs prometteurs à travers des bourses attribués aux meilleurs par le Conseil Européen de la recherche (ERC).

Ainsi, la chercheuse CNRS Anne-Virginie Salsac a décroché une bourse « Consolidator grant » du Conseil européen de la recherche destinée aux « jeunes » chercheurs (entre 2 et 12 ans après leur thèse). L’aide financière d’un maximum de deux millions d’euros sur cinq ans lui a été attribuée pour son projet sur l’étude du comportement de microcapsules déformables à cœur liquide introduites dans l’organisme pour la délivrance des médicaments dans l’organisme et ainsi augmenter leur efficacité et diminuer les effets secondaires. L’objectif est de mieux maîtriser le site où les molécules thérapeutiques sont relarguées et doser plus précisément la quantité délivrée. Suivez ce lien pour en découvrir davantage sur ce projet.

Le programme européen Santé, doté de presque 450 000 000 €, finance :

  • les projets de coopération à l’échelle européenne dans le domaine de la santé
  • les actions conjointes mises en œuvre par les autorités de santé des Etats membres
  • le fonctionnement d’associations non gouvernementales
  • la coopération avec des structures internationales

Pour la prochaine programmation 2021-2027, le programme santé sera intégré au FSE+ avec une enveloppe proposé de 413 000 000 €.

Pour aller plus loin sur ces questions

Le programme Santé de l’Union européenne et la fiche de présentation de celui-ci.

Les programmes Interreg de l’Union européenne et leur application en France.

Les Investissements Territoriaux Intégrés