L'Europe s'engage en Hauts-de-France



JME 2020 : Le numérique à l’honneur

Télétravail, continuité pédagogique, communication entre les proches, distraction... A l’heure du confinement, le recours à internet a largement augmenté, fournissant les moyens pour rester chez soi et assurer la sécurité de tous. Des applications et des moyens qui, en Hauts-de-France, ont souvent bénéficié du soutien de l’Union européenne.

Des initiatives se révélant pertinentes en période de confinement soutenues par l’Europe

Depuis le 16 mars une grande majorité de la population des Hauts-de-France reste chez soi. Confinement ne devant pas rimer avec isolement, le numérique a permis d’assurer une continuité dans de nombreux domaines :

  • Education

Avec le soutien de l’Europe, du primaire à l’université, des plateformes d’échanges enseignants / élèves / parents ont été développés depuis 2007. Une structure de base qui a permis pendant le confinement d’assurer la continuité du lien entre les apprenants, leurs familles et l’établissement d’enseignement.

  • Solidarité et lien social

Des initiatives ont permis de maintenir le lien social. Ainsi les centres sociaux de la Métropole Européenne de Lille ont développés « mon centre social à la maison » permettant aux habitants de bénéficier des activités et services de leur centre social.

  • E-administration et télétravail

Les habitants ont pu continuer de bénéficier des services de leurs intercommunalités grâce aux plateformes de services qui se démultiplient sur le territoire. La Région, avec l’appui du FEDER, a engagé une démarche volontariste pour que les intercommunalités se dotent d’une stratégie numérique globale au bénéfice de l’ensemble de leurs communes et de leurs habitants. A titre d’exemple, la Communauté d’Agglomération des 2 baies en Montreuillois a mis en place une plateforme de services à destination de ses communes membres et pour son usage propre, leur permettant (notamment pour les plus petites communes qui n’auraient pas eu les moyens d’acquérir certains logiciels de gestion) de continuer à fonctionner (en ligne) pendant le confinement.

  • Santé

Le projet PREDICE a permis d’assurer plus de 6 600 téléconsultations dans les Hauts-de-France, tout en préservant la sécurité sanitaire des patients et personnel médical.

  • Un réseau internet étendu

Les applications sont accessibles à la grande majorité des habitants grâce à un réseau internet qui couvre largement le territoire régional. En effet, la Région Hauts-de-France est la 2de région métropolitaine en matière de couverture internet. Elle sera d’ailleurs  entièrement fibrée en 2023. Le déploiement de la fibre dans l’Oise en est l’exemple le plus récent.

Du déploiement d’infrastructures aux usages numériques : un soutien européen ancien

Depuis la programmation 2007-2013, l’Union européenne investit massivement dans le numérique considéré depuis lors comme un vecteur d’attractivité et de développement pour les territoires, de compétitivité pour l’économie et d’inclusion pour les personnes les plus fragiles. Le numérique est ainsi l’un des thèmes sur lesquels les programmes opérationnels en région doivent être concentrés.

Le fonds européen de développement régional est mobilisé ainsi depuis 13 ans pour donner accès au plus grand nombre à un internet de qualité, pour soutenir le déploiement de nouveaux usages en veillant à ce que chacun puisse en bénéficier.

Depuis 2007 ce sont 272 projets numériques qui ont été soutenus en Hauts-de-France par le FEDER pour un montant de subvention de 108 891 716 € :

  • Des investissements majeurs pour la résorption des zones blanches internet et téléphonie ont été effectués (d’abord avec la technologie ADSL puis par le biais de la fibre) et soutenu par l’Union Européenne dans les 5 départements des Hauts-de-France. Le soutien (effectué auprès des syndicats en charge du déploiement des infrastructures) s’élève à 51M€ de FEDER, pour 17 dossiers Des initiatives visant à déployer le numérique dans l’éducation, l’e-dminisration, la télémédecine ont été encouragées et soutenues en recherchant la maximisation des moyens et l’émergence de solutions partagées par et pour le plus grand nombre (dossier patient numérique entre les établissements de santé, espaces numériques de travail pour l’ensemble de la scolarité du primaire à l’université).
  • Il s’agit également de veiller à ce que le numérique soit accessible à tous et soit un outil d‘aide pour les personnes les plus fragiles. Le projet Synapse a pu bénéficier d’un financement européen pour fournir aux personnes les plus démunies les moyens d’être formées au numérique (avec notamment mise à disposition de matériel à domicile permettant d’accéder aux services en ligne). Elles ont ainsi gagné en employabilité.

Le FEDER est donc le principal outil financier utilisé pour soutenir ces démarches, que ce soit :

  • au niveau régional avec les programmes opérationnels
  • au niveau transfrontalier, transnational ou interrégional avec les programmes INTERREG
  • au niveau des villes avec le programme Actions innovatrices urbaines qui a permis de soutenir des projets d’expérimentation (en matière d’open data notamment).

Mais il n’est pas le seul :

  • Horizon 2020, en encourageant la mutualisation de compétences au niveau européen, permet de développer de nouvelles briques technologiques (blockchain par exemple) ou des applications innovantes
  • le Mécanisme pour l’interconnexion en Europe qui permet de déployer des infrastructures numériques d’ampleur européenne.

Pour aller plus loin sur ces questions

Concernant l’Europe et le numérique

En savoir plus sur le FEDER

La Commission Européenne publie Panorama un magazine dédié à la politique de cohésion

Consultez d’autres stories en Hauts-de-France :

PopSchool : Le développement exponentiel du numérique a favorisé l’émergence de nouveaux emplois, ainsi poussée par la démarche Grande Ecole du Numérique. Il s’agit de formations jusqu’alors souvent payantes et réservées à un certain niveau de diplôme qui se sont désormais ouvertes aux jeunes éloignés de l’emploi (les NEETS).

Projet régional d’éducation aux médias : Le déploiement massif des applications numériques va de pair également avec la protection des usagers (protection des données) et la sensibilisation des usagers aux risques. L’éducation à internet est en effet un pan de l’action de l’Europe. L’utilisation d’internet requiert une éducation à son usage. Le cyber harcèlement, les fake news en sont la démonstration. L’Ecole de Journalisme de Lille s’investit dans ce domaine à travers ce projet.

Conteneur de service du Pays de Saint Omer : Un « conteneur de services » est proposé à destination de la population pour accéder notamment aux démarches administratives et bien plus encore.